Fleur bleue

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Philippe, La Varenne, 1985

Philippe, La Varenne, 1985

« Toute caresse, toute confiance se survivent » : voilà ce que j’ose espérer, et qu’il me semble avoir jusqu’à présent vérifié. On remarquera que le poète, lui aussi, met la caresse avant la confiance. Mais il ne les dissocie pas. D’heureuses dispositions érotiques et sentimentales (ou que je juge telles parce que ce sont les miennes, admettons de l’envisager) m’ont fait associer, toujours, le plaisir et l’immédiate affection, la reconnaissance peut-être, la tendresse, un amour épars. Je n’ai pas eu besoin d’être amoureux, certes, comme d’aucuns, et surtout des femmes, soutiennent qu’ils doivent l’être, pour éprouver la volupté ; mais elle m’a toujours inspiré, pour peu qu’elle fût partagée dans la douceur, l’amusement et la facilité, des sentiments qui étaient d’amour, oui, et qui le demeurent. C’est dire une fois de plus que m’est totalement étrangère, indifférente ou vaguement rebutante, même si par libéralisme je la respecte chez les autres, à condition qu’ils n’y contraignent personne, toute érotique de la violence, de l’animosité soit-elle jouée, de la douleur infligée ou subie. Je ne comprends rien à tout cela. En ce qui me concerne, foin des coups, des morsures et pincements. Et puisque Eluard ne recule pas devant le mot, je n’en craindrai pas non plus l’obscène fleur bleue : ne me plaisent que les caresses. Elles ont seules le pouvoir de fondre en une jouissance unique, la plus intense, les deux passions jumelles qui me font vivre, celle des garçons, celle des lieux.

Renaud Camus Elégies pour quelques-uns Editions P.O.L, 1988

Gaudin à la galerie Marie Louise à La Baule

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Galerie Marie Louise, rue Marie Louise comme la Marie Louise des tableaux !

 

la baule 2010 059-1

 

 

 

Autre difficulté ...prendre en photo des sous verres...

 

 

la baule 2010 050

 

 

Il s'appelle GAUDIN

 

 

la baule blog4

 

 

Ses thèmes préférés ...   les scènes de plage, la voile, le golf

 

 

la baule 2010 053

 

 

Très proche de l'illustration, il se dégage aussi beaucoup de poésie de ces aquarelles

 

 

la baule 2010 054

 

 

 

la baule 2010 057

 

Jakob photographié par Cecilie Harris

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Jakob photographié par Cecilie Harris
Jakob photographié par Cecilie Harris
Jakob photographié par Cecilie Harris
Jakob photographié par Cecilie Harris
Jakob photographié par Cecilie Harris
Jakob photographié par Cecilie Harris
Jakob photographié par Cecilie Harris

Pour retrouver les images de Cecilie Harris sur le blog: Jordan Taylor,  Tom & Jack photographiés par Cecilie Harris , Paddy Mitchell photographié par Cecilie Harris ,  Elliott Stevens photographié par Cecilie Harris,  Luke Worrall photographié par Cecilie Harris,  Paddy Mitchell photographié par Cecilie Harris (2),  Matthew et Will photographiés par Cecilie Harris,  Sim & Tom photographiés par Cecilie Harris,  Paul Paul & Toby photographiés par Cecilie Harris,  boys of a scandinavian paradise par cecilie Harris,  Daniel photographié par Cecilie Harris,  Jake,  Dovydas photographié par Cecilie Harris,  ROMAN KEMP & SAM HARWOOD photographié par Cecilie Harris,  Tom photographié par Cecilie Harris,  Max Wallis & Omar Majiauk photographié par Cecilie Harris,  Ben Waters photographié par Cecilie Harris,  Paul Farley et Toby Binge photographiés par Cecilie Harris,  Jed Texas photographié par Cecilie Harris,  Harry photographié par Cecilie Harris,  Fionn Creber photographié par Cecilie HarrisCecilie Harris photographie Charlie,  Cecilie Harris photographie Alexandre SzmytkoCecilie Harris photographie Tim Schuhmacher,  Cecilie Harris photographie GundarsCecilie Harris photographie Otto,  Cecilie Harris photographie Niclas,  Cecilie Harris photographie Roman Kemp,  Cecilie Harris photographie Alexandre,  Cecilie Harris photographie TeoCecilie Harris photographie Graeme Metz,  Cecilie Harris photographie Youri

Louis Denham (Denny) Fouts

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Louis Denham (Denny) Fouts

 


 

Il est toujours amusant, pour moi, en marge de l'Histoire littéraire, de découvrir des êtres qui ne doivent leur survie dans la postérité que par la chance qu'ils ont eu d'inspirer des écrivains. (comment écrit-on muse au masculin?). Et dans le cas de Louis Denham Fouts qui ont surtout eu le talent de partager leur lit. Ce garçon a durant sa courte vie,  vécu essentiellement de ses charmes. Sa particularité, à contrario de la plupart de ses confrères, est qu'il ait embrassé, la trop décriée, profession de gigolo par vocation. Il a été le compagnon d'une série de riches mécènes hommes et femmes. Ses amis, qui l'appelait Denny, furent (entre autres) Christopher Isherwood, Brion Gysin, Glenway Wescott, Truman Capote, George Platt Lynes, Jane et Paul Bowles, Jean et Cyril Connolly, Michael Wishart...

Denny Fouts est né le 9 mai 1914 à Jacksonville, aux États-Unis, et est décédé le 16 décembre 1948 à Rome, en Italie. Il a inspiré plusieurs auteurs, parmi lesquels Truman Capote dans Answered Prayers: « The Unfinished Novel », qui évoque la vie de Fouts, Gore Vidal dans sa nouvelle « Pages from an Abandoned Journal », publiée dans le recueil « A Thirsty Evil: Seven Short Stories », Christopher Isherwood  dans sa nouvelle Paul, publiée dans le recueil « Down There on a Visit »... Isherwood  le décrit comme une figure mythique, et « le plus cher prostitué  a décrit comme une figure mythique, le « le plus cher prostitué mâle du monde ». Il est également l'un des personnages principaux  dans le roman à clef Norman's Letter de Gavin Lambert . Selon différentes sources, il aurait par ailleurs été l'amant de personnalités comme le roi Paul Ier de Grèce, le peintre Michael Wishart ou de Jean Marais. L'écrivain Glenway Wescott, le considérait comme "absolument enchanteur et ridiculement beau". Selon lui il était « mince comme un hiéroglyphe, il avait les cheveux noirs et les yeux marron clair>>. Michael Shelden a fait remarquer que Fouts s'il possédait le charme du « Deep South », ce charme masquait un tempérament instable et parfois méchant. Il y avait bien des rumeurs au sujet de son passé d'un comportement erratique, parfois dangereux.

Glenway Wescott

Glenway Wescott

Fouts a été un gigolo précoce. Il serait issu d'une famille aristocratique du vieux sud. En 1930 alors qu'il aurait travaillé à la boulangerie de son frère à Jacksonville, il a alors seize ans, il aurait tapé dans l'oeil d'un Baron allemand, magnat dans les cosmétiques (qu'est ce qu'un baron allemand richissime foutait dans une boulangerie de Floride!) subjugué par la beauté du jeune garçon, le baron l'aurait embarqué et aurait filé avec lui vers Berlin. Après le Baron, il aurait soulevé un riche armateur grec qu'il aurait volé avec l'aide d'un marin. Les deux compères se seraient rendu à Capri où ils auraient dépensé la petite fortune soutiré au grec. L'argent manquant, Denham aurait été arrêté, mais aurait été sauvé par sa beauté...

Il existe une autre version moins romanesque des débuts de Denny Fouts. Son père ulcéré de ses excentricités l'aurait expédié à Washington vers 1932-33, demandant à son frère, président de la Safeway stores de trouver un job à son neveux dans sa compagnie. Mais au bout de quelques mois on retrouve Fouds à New-York où il déniche une place à la Bourse. Au dire de Jimmy Daniels qui chantait dans un night club de Harlem que fréquentait Denny : << Sa peau donnait toujours l'impression d'avoir été passé à la pierre ponce.>>. A New-York il subjugue Glenway Wescott qui lui aurait donné les recettes pour se faire entretenir. Wescott a un regard un peu différent des autres proies de Denny: << sa beauté était sans attrait à mon point de vue. La seule chose que j'aimais chez lui, c'était l'odeur délicieuse que dégageait son corps; un jour je lui ai chipé l'un de ses mouchoirs.>>. Dans cette version de la vie de Fouts c'est de Manhattan aux alentours de 35-36 qu'il aurait été enlevé par son baron teuton.  

Les deux versions (mais il y en a certainement bien d'autres, Fouts n'étant pas le dernier à enjoliver son existence) se boucle avec l'arrivée d'Evan Morgan (le Seigneur de Tredegar) qui le prend avec lui. Mais bientôt passe le futur roi de Grèce (pour rester dans le gotha, Denny aurait été également l'amant éphémère du shah d'Iran et du prince Paul de Yougoslavie). Après un passage rapide dans la couche royale. On retrouve bientôt notre gigolo de luxe accouplé avec Peter Watson, le millionnaire de la margarine qui est par ailleurs un grand collectionneur d'art moderne et éditeur de la revue Horizon, une revue littéraire dirigé par Cyril Connolly (Quelques années plus tard Lucian Freud fera le portrait de Peter Watson). Watson disait-on ne pouvait se trouver dans la même pièce que Denny sans avoir une érection! Watson renvoie son jeune amant aux États-Unis sous la surveillance de Jean, la femme de Connolly. Elle doit assurer la garde du volage garçon! Mais arrivé, en aout 1940, à Hollywood, Mme Connolly et son ami Tony Bower présentent la jeune salope inspirante à  Christopher Isherwood qui tombe sous le charme de ses traits et l'indolence de sa voix.

Dahl-Wolfe, Louise (1895-1989) W. H. Auden and Christopher Isherwood, Central Park, 1938

Dahl-Wolfe, Louise (1895-1989) W. H. Auden and Christopher Isherwood, Central Park, 1938

Un tel charisme que ne retranscrivent pas les deux malheureuses photos que j'ai pu dénicher du personnage (chers lecteurs si vous en possédez d'autres pensez à moi pour que j'enrichisse ce billet) aurait pu conduire Denny Fouds sur les plateaux de cinéma mais l'ambition de Fouds était de ne rien faire et comme le disait son ami Bill Harris, réussir une carrière de putain... En regardant ces clichés on a beaucoup de mal à comprendre l'irrésistible attrait que provoquait Denny. Mais il est vrai que d'une part la photographie est bien menteuse et que d'autre part l'idéal physique du gigolpince connait une grande variation selon les saisons, ainsi je ne sais plus du tout quelle est la tendance en ce domaine...

Le Gourou d'Isherwood, en pleine transe mystique à l'époque,  Swami Prabhavananda, refuse d'accepter Fouds comme disciple malgré l'intérêt de ce dernier pour le Vedanta... Isherwood invite néanmoins, Fouts à emménager avec lui durant l'été 1941, pour "mener une vie de méditation". Cette période est décrite dans Down there on a visit, où Fouts est figuré par le personnage principal du récit. Durant la guerre, Fouts, est objecteur de conscience. Il a dans cette période complété son diplôme d'études secondaires, puis aurait étudié brièvement la médecine à UCLA. Les relations entre Denham et Isherwood se refroidissement. Le nouvel amant d'Isherwood, le photographe Bill Caskey, n'étant pas un fan de l'illustre prostitué.

photographie d'Harold Halma de Capote sur la jaquette de l'édition originale de Other Voices, Other chambres.

photographie d'Harold Halma de Capote sur la jaquette de l'édition originale de Other Voices, Other chambres.

Dès la fin de la guerre Fouts s'installent en Europe. Alors qu'il est à Paris, il  envoie un chèque en blanc à Truman Capote avec seulement le mot « viens ». Il a écrit ensuite qu'il était tombé amoureux de la photographie d'Harold Halma de Capote sur la jaquette de l'édition originale de Other Voices, Other chambres.  Fouds aurait eu une inclination pour les jeunes garçons et Capote sur ce cliché ressemble à un enfant boudeur chez lequel pointerait la lubricité... Capote a rejeté le chèque, mais il a accepté son offre de lui rendre visite. Ils ont passé quelques heures ensemble dans le petit et sombre appartement de Fouts situé Rue du Bac. Gore Vidal a décrit l'unique pièce de l'antre de Fouts comme n'étant meublée que de six chaises vénitiennes et d'un lit au dessus duquel était suspendu un magnifique tableau de Tchelitchev. D'autres sources décrivent le gite de la rue du Bac comme élégant... Lorsque Truman Capote rencontre Fouts ce dernier, opiomane passait le plus clair de son temps à dormir. Le propriétaire de l'appartement, le Comte Etienne de Beaumont, de plus en plus exaspéré de voir son appartement occupé par un toxicomane finit par expulser Fouts qui se réfugie à Rome avec un nouveau compagnon, appelé Tony Watson-Gandy. Fouts demanda à capote de venir le voir à Rome mais l'écrivain n'en fit rien. A ce sujet Truman Capote s'expliqua quelques années plus tard:

<< J'ai dit à Denny que je lui répondrait à Rome, en fait pour lui dire que je voulais jamais le revoir, parce qu'il m'a fait peur! Cette peur ne venait pas de la drogue qu'il prenait, de l'opium, ni du chaos de sa vie, mais du halo funèbre et d'échec qui planait au-dessus de lui : l'ombre de cet échec semblait en quelque sorte menacer mon propre triomphe imminent. Donc je suis allé en Italie, mais à Venise, pas de Rome, et il a fallu attendre le début de l'hiver, quand j'étais seul une nuit au Harry de Bar, pour que j'apprenne que Denny était mort à Rome quelques jours après la date à laquelle j'étais censé le rejoindre.>>.

Truman Capote a donné une version toute personnelle de la saga Fouts dans « Monstres à l'état pur » texte qui a largement inspiré ce billet... Capote par ailleurs avec son art consommé de la vacherie lapidaire l'a évoqué dans une interview: << Denny, bien avant qu'il ne fît surface dans ma retraite était pour moi une légende familière, un mythe surnommé le garçon le mieux entretenu du monde.>>.

Louis Denham (Denny) Fouts

Fouts mourut en 1948 à la Pensione Foggetti, à Rome, à l'âge de 34 ans d'une hypoplasie de l'aorte et de l'hypertrophie du ventricule gauche ». Parfois les gigolos meurent du coeur... Son corps fut enterré dans la première zone, 11ème rang, du Cimetière Protestant de la ville. Un ami, John Goodwin, a déclaré à Christopher Isherwood que Fouts avait été retrouvé mort dans sa salle de bain. Comme dans un triptyque de Bacon, Louis Denham Fouts serait décédé en fait d'une overdose dans les toilettes de sa chambre d'hôtel...

A en croire ses admirateurs Fouts aurait créé une sorte d'archétype du gigolo pour mâle, qui est depuis devenu un stéréotype littéraire et cinématographique récurrent soit un objet sexuellement irrésistible, doublé d'une figure tragique, peut-être en raison d'abus dans l'enfance (Denny est censée avoir été battu par son père quand celui-ci découvrit son homosexualité), un rebelle incompris idéalisé vivant hors la loi et loin des normes bourgeoises.

Fouts représente en fait la version masculine de la courtisane intemporelle. Dans les Outlaws éminent, ( on peut aller voir le billet que j'ai consacré à cet ouvrage: (http://www.lesdiagonalesdutemps.com/article-anges-batailleurs-ecrivains-gay-en-amerique-de-tennessee-williams-a-armistead-maupin-un-essai-de-c-120771997.html) Christopher Bram clame que toute la littérature inspirée par Denny Fouts a aidé à l'acceptation des jeunes gay et de la culture gay. Une  biographie de Denham les plus beaux garçon dans le monde : The Life and Loves de Denny Fouts, par Arthur Vanderbilt est en préparation et promet de jeter plus de lumière sur cette personnalité intrigante. Tout aussi bienveillant que Bram John Goodwin déclara à la mort de Denny Fouts: << Impossible de dire ce qui pouvait motiver Denny. Tout ce que je sais, c'est l'effet qu'il faisait sur les autres. Il avait un charme extraordinaire et on avait toujours le sentiment qu'il avait beaucoup plus de possibilités qu'il n'en montrait.>>

Gérald Clarke dans sa biographie de Truman Capote en brosse un portrait plein de couleurs:

<< Denny appartenait à cette race de gens dont la seule ambition est d'attirer leurs semblables. Il était sans rival dans cet exercice, n'y consacrant pas plus de réflexion ou de soins que la fleur parfumée n'en apporte à attirer l'abeille qui butine ou le poisson tropical à émerveiller ceux qui admirent sa robe irisée à travers les parois de l'aquarium (…) C'était un personnage si fascinant, à la façon des anges des ténèbres, qu'il avait accédé à une immortalité mineure dans diverses oeuvres de fiction. >>

Comme l'écrit si bien Gérald Clarke: << Oscar Wilde avait écrit sa biographie avant que Denny fût né: Denny était Dorian Gray. 

Louis Denham (Denny) Fouts

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 500 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog